Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA-TENTATION-DU-LIVRE

The Queen of the Tearling de Erika Johansen

 

 

The Queen of the Tearling est le premier tome de la trilogie du même nom. 

Après la mort de la reine Elyssa, Kelsea a été élevée dans le plus grand secret par deux servants ayant juré de la protéger au prix de leur vie. Loin des manipulations de la cour, Kelsea est devenue une jeune femme intelligente et dévouée à son royaume, mais son manque de connaissances au regard du passé qui continue d'hanter son peuple lui complique la tâche - sans compter les tentatives d'assassinat à répétition... Le destin du Tearling repose entre les mains de Kelsea. Saura-t-elle prendre les bonnes décisions? 

The Queen of the Tearling est un premier tome réussi qui met en avant un univers riche et atypique dépeignant le parcours difficile d'une jeune reine pour accéder à sa place sur le trône et la maintenir. L'une des grandes particularités de cet opus, c'est que l'auteure nous propose une intrigue historique ancrée dans un contexte dystopique à caractère fantastique. Oui je sais, c'est très bizarre, mais ça marche très bien! En plus, il n'y a pas de romance!

Il y a longtemps, durant le Crossing, des pionniers ont décidé de quitter un monde qui se mourait pour établir un nouveau territoire gouverné 300 ans plus tard par un système féodal. Privé de technologie, le nouveau monde s'est divisé en quatre nations dont seulement trois sont effleurées dans ce premier tome.

Carlin often said that history was everything, for it was in man’s nature to make the same mistakes over and over.

Depuis toujours, le Tearling voit défiler des dirigeants passifs qui se plaisent dans leur luxure au détriment du peuple. Mais c'est le règne de la reine Elyssa qui a enterré la nation, celle-ci ayant conclu un traité avec Mortmesne pour avoir la vie sauve. Ce traité indique que tous les mois le Tearling doit livrer un certain nombre d'esclaves à Mortmesne qui seront confrontés au travail forcé, à l'esclavage sexuel ou encore au trafic s'organes. Les esclaves sont tirés au sort grâce à la loterie, et concerne aussi bien les enfants que le reste de la population. Bien évidemment, certains sont protégés par le système notamment les prêtres, certains nobles et le Régent lui-même qui continue de perpétuer ces coutumes.

Mortmesne est donc le territoire le plus puissant puisque dirigé par une reine impitoyable surnommée Red Queen (ahhhh, je la déteste plus que tout). Son armée comprend les militaires les plus dangereux, et son pouvoir ainsi que sa longévité la rendent d'autant plus crainte par les autres royaumes. Le traité établi avec le Tearling donne le droit à Mortmesne de l'envahir en cas de non-respect du contrat! 

Quant à Cadare, le territoire est connu pour la qualité de ses mercenaires. Les Caden travaillent pour le plus offrant, et bien souvent sur le marché noir. Tout comme le Tearling, ils font l'expérience de la loterie mais ayant peu d'attachement pour femmes et enfants, le concept ne pose pas de réels problèmes. Non, la seule motivation c'est l'argent, le blé, le flouze!

Enfin, je parle des Caden, mais les plus insupportables étaient incontestablement les nobles et les chefs d'églises. On voit que ce sont les pauvres qui en ont pâti durant des années pendant que les aristocrates vivaient dans l'excentricité. Sérieusement, on apprend des trucs, notamment sur Lady Andrews... Coupez-lui la tête, je veux pas savoir!

Je n'avais lu aucune revue sur ce roman, du coup je pensais vraiment tomber sur un livre historique. Je vous dis pas ma surprise en découvrant que c'était une dystopie (bien qu'assez soft)! Au lieu de parler d'un monde futuriste gouverné par la science, la technologie ou la puissance militaire, Erika Johansen a opté pour la régression, et c'était super intéressant! On revient vers un système politique monarchique et médiéval avec tout ce qui va avec: pauvreté, soldats, rois et reines, les combats d'épées, les bonnes vieilles magouilles...mais aussi la présence de l'Eglise et de son influence (mais rien de lourdingue, ne vous en faîtes pas).

Malgré que l'histoire prenne un certain temps à se mettre en place, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. J'étais absorbée par l'univers et son intrigue politique. Visiblement, le monde de l'auteure est riche et complexe, et j'ai apprécié le fait qu'elle prenne le temps de poser ses éléments. On ne tombe pas sous une avalanche d'informations ou de termes inconnus, tout est expliqué progressivement et en heure. Mais l'autre point positif, c'est les personnages!

Even a book can be dangerous in the wrong hands, and when that happens, you blame the hands, but you also read the book.

Notre héroïne, Kelsea, est admirable par son courage et son audace. Coupée du monde pour les besoins de son éducation, la protagoniste a développé un sens critique grâce au recul qu'elle prend par rapport à l'histoire de sa nation mais aussi par rapport aux leçons de vie données par ses parents adoptifs. Bien qu'elle soit une grande amoureuse des livres, elle comprend rapidement que diriger un royaume requiert plus que de la culture, qu'il faut qu'elle prouve sa valeur et qu'elle gagne le respect de la foule.

J'ai adoré Kelsea! J'ai apprécié que l'auteure mette en avant une protagoniste au physique peu valorisant et possédant quelques rondeurs, ça change des adolescentes super belles et parfaites. Mais ce qui m'a plu aussi c'était le caractère de Kelsea - elle est souvent en conflit avec des émotions telles que la colère, la peur, parfois la jalousie, mais pour autant elle prend des décisions courageuses devant lesquelles elle ne recule jamais. Quand elle décide quelque chose, elle le fait. On a une héroïne qui ne se dégonfle pas. Et ça, ça fait plaisir!

Tout au long du récit, Kelsea est accompagnée par ses gardes royaux, et là aussi elle doit gagner leur respect et leur confiance. J'ai aimé suivre l'ascension de l'héroïne, on y découvre tous les enjeux qui se cachent derrière son titre, c'était vraiment bien fait. En plus, j'ai trouvé que les personnages secondaires étaient fort appréciables, j'ai pas eu le sentiment qu'ils meublaient l'histoire. Ils sont des atouts dans la réussite de la future reine.

D'ailleurs, on a de temps en temps des points de vue externes à Kelsea, cela ne concerne pas toujours des personnages importants mais leur narration était bien choisie pour donner une nouvelle dimension au récit et aux personnages. Ca m'a permis d'apprécier les protagonistes différemment. Par exemple, quand on lit du point de vue de Kelsea, on ressent ses peurs, ses préoccupations mais à travers le regard d'un autre protagoniste on n'y voit surtout la force et le courage.

Un autre personnage que j'ai aimé suivre, c'est le Fetch - le roi des voleurs et des assassins. On ne sait pas grand chose sur lui mis à part qu'il est ancien et qu'il a l'apparence d'un beau jeune homme...ce qui le rend très mystérieux. On ne sait pas non plus pourquoi il veut aider Kelsea. Par contre, si c'est lui qui apparaît à la fin, je me pose de grosses questions... *Tousse, tousse*

A part ça, The Queen of the Tearling se concentre essentiellement sur le développement de Kelsea même si l'opus pose les bases de l'univers. C'était un peu compliqué de me situer au départ à cause des références modernes faites dans ce contexte médiéval, mais le tout s'est avéré divertissant et inédit dans son approche. On a bien évidemment quelques éléments fantastiques avec l'exercice de la magie, mais là encore ça reste délicatement abordé.

L'intrigue contenue de grossir au fil des pages grâce aux petits éléments semés par l'auteure, et le tout annonce quelque chose d'encore plus soutenu pour la suite!

C'est un nouveau favori!

 

Le livre est disponible sur Amazon:

The Queen of the Tearling

La reine du Tearling

 

Partager cet article

Commenter cet article

totorosworld 29/05/2017 15:12

merci pour le "'auteure nous propose une intrigue historique ancrée dans un contexte dystopique à caractère fantastique" que je n'arrivais pas à formuler lol

Jennifer 29/05/2017 16:45

Haha, de rien! J'ai quand même retravaillé ma phrase pour me faire comprendre parce que c'était pas évident! Je crois que s'il y avait un autre genre à ajouter, j'aurais été totalement perdue lol !

Laurie 25/05/2017 13:59

Je ne connais pas du tout cette saga mais ta chronique m'a carrément donné envie de la découvrir. Il y a tous les ingrédients que j'aime!

Jennifer 25/05/2017 16:54

C'est un super début de série! Je vais bientôt lire le deuxième tome :D

J'espère qu'elle te plaira, mais sincèrement je ne vois pas de raisons qui pourraient te décevoir - l'histoire est tellement bien conçue, tout comme les personnages! C'est un Young Adult d'excellente qualité ;)

Buckette 11/05/2017 21:23

Je me le suis procurée il y a quelques semaines. J'en avais entendu parler parce que Emma Watson allait jouer dedans (il parait). Mais en relisant plus attentivement le synopsis, c'était vraiment tentant.
Ta revue me conforte dans mon choix. C'est ma prochaine lecture ;)

Jennifer 12/05/2017 16:55

Oui, j'avais vu ça! Ca m'a fait sourire parce qu'on a eu la même idée :D

C'est bien ça, Emma Watson va jouer le rôle, mais ça n'a pas été le motivateur pour moi. Je suis vraiment rentrée dans l'histoire sans rien savoir du livre, et j'ai beaucoup aimé! J'espère que tu l'apprécieras aussi ;)

En tout cas, je lirai ta revue avec plaisir :D