Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA-TENTATION-DU-LIVRE

Defy the Stars de Claudia Gray

 

 

Defy the Stars est le premier tome de la duologie Constellation

Noemi est un soldat de la planète Genesis. Abel est un robot de la planète Terre. Alors que Noemi et ses camarades sont en pleine simulation militaire, ceux-ci se font attaquer par des robots envoyés par la Terre. La meilleure amie de Noemi est touchée, cette dernière décide donc de s'éloigner du champ de bataille pour lui prodiguer les premiers soins. Elle tombe sur un ancien vaisseau terrien enfoui dans le sol et y pénètre dans l'espoir d'y trouver sécurité et instruments médicaux. Mais au lieu de ça, elle tombe sur Abel, un robot-prototype ultra avancé abandonné il y a trente ans de cela. Abel est programmé pour obéir aux ordres de l'être humain le plus gradé du vaisseau - ainsi Noemi devient son nouveau propriétaire. Ensemble, ils vont parcourir l'univers pour sauver Genesis et découvrir par la même occasion qu'il y a bien plus en eux que ce que révèlent les apparences. 

Defy the Stars ne fait pas partie des romans dont j'attendais la sortie avec impatience, mais j'avais envie de lire de la bonne vieille science-fiction interplanétaire mêlant vaisseaux spatiaux, planètes, étoiles, batailles...et ici, on a les robots en plus! Okay, okay, j'avoue... je n'ai pas pu résister à cette belle couverture! Je suis faible! 

Globalement, ce premier tome a été sympa à lire mais ne révolutionne en rien le genre. Je ne me suis pas attachée aux personnages, l'univers n'était pas assez exploré à mon goût, il manquait d'action, et l'intrigue était prévisible et très basique... C'est dommage parce qu'à certains moments l'auteure a montré qu'elle pouvait avoir de bonnes idées! Mais que les choses soient dites, ce livre n'est en rien mauvais, hein! 

Avec Stronghold, Cray et Kismet, Genesis est la quatrième planète colonisée par la Terre. Il y a longtemps, les terriens ont puisé toutes les ressources de la Terre et se devaient de trouver un nouvel espace habitable. Mais malgré leur passé, les terriens sont toujours aussi enclin à détruire et gaspiller les ressources naturelles de ces nouvelles planètes. Ainsi, lors de la Liberty War, Genesis s'est battu pour son indépendance et s'est coupé du reste du monde. Alors que la Terre se concentre sur la robotique pour coloniser toujours plus d'espaces, Genesis a cessé toute avancée technologique. Mais voilà, bien que trente ans se soient écoulés, les terriens n'ont toujours pas renoncé à Genesis. Ces derniers sont bien décidés à envahir la planète avec l'aide des mechs - des robots à l'apparence humaine. Genesis n'a aucun moyen de défendre ce qui lui appartient - les cinq planètes ont chacune un couloir spatial qui les relie aux autres - c'est pourquoi les dirigeants doivent envoyer un vaisseau rempli de volontaires pour une mission suicide consistant à brouiller les ondes de ce couloir reliant la Terre à Genesis. Avec ce système, Genesis retarderait la guerre de quelques années supplémentaires. 

Where there’s no free will, there’s no sin.

En attendant, les trois autres planètes se font intoxiquer petit à petit sous les ordres des terriens. Kismet est devenu aussi bien l'attraction des plus riches que le point de concentration des Vagabons - des terriens vivant en orbite faute de pouvoir s'installer sur l'une des deux autres sphères. Eh oui, parce que Cray est réservé uniquement aux scientifiques et aux ingénieurs alors que Stronghold n'accueille que les individus aptes à travailler dur (et cela inclut autant les enfants que les adultes).

Noemi est ainsi l'un des passagers volontaires pour la mission suicide appelée Masada Run. Elle a perdu ses parents et son petit frère il y a quelques temps et vit depuis dans la famille de sa meilleure amie Esther. Une seule personne par foyer doit se porter volontaire pour cette mission, et bien évidemment Noemi n'hésite pas un instant à se sacrifier pour Esther - mais aussi pour ses parents adoptifs pour qui elle pense tout devoir. Si la majorité des habitants de Genesis croient en un dieu, la protagoniste, elle, fait plutôt partie des athées.

Jusqu'à ce que Noemi le trouve, Abel a vécu trente années dans la solitude et dans le noir. Mi-robot mi-humain, Abel est le tout premier mech créé par Burton Mansfield - un génie de la robotique. Son créateur l'a modélisé de façon à ce qu'il développe les critères faisant partie de la nature humaine. Même si Abel commençait déjà à adopter un comportement proche de l'humanité, ce sont les trois décennies passées dans la solitude qui lui ont permis de devenir plus qu'une simple machine. Dans son isolation, le robot a établi des connexions, créé des émotions pour combler le vide. Malgré qu'il ait été conçu pour répondre aux commandes de Burton Mansfield, Abel doit obéir à Noemi puisque son programme l'oblige à servir la personne la plus hautement gradée. C'est donc ensemble que les deux protagonistes parcourent l'univers à la recherche d'un moyen de sauver Genesis - ce qui signifie pour Abel travailler contre son créateur et sa terre natale...

L'histoire est narrée selon le point de vue des deux héros, et même si je ne me suis pas attachée aux personnages, je les ai tout de même appréciés. Noemi est mature, courageuse et toujours prête à prendre des risques pour défendre la cause qui lui semble juste. Elle le prouve d'ailleurs lorsqu'elle prend la décision de participer au Masada Run ou encore lorsqu'elle prend l'initiative d'emprunter une autre voie pour sauver des vies, et ce, alors même que cela pourrait faire d'elle une traîtresse sur Genesis. Quant à Abel, j'ai bien aimé avoir le point de vue d'un robot. Malgré ses quelques caractéristiques humaines, c'est avec Noemi que le mech va développer le plus ses particularités. Leur histoire m'a intéressée mais je ne n'ai pas eu cette envie irrépressible de tourner les pages. Il n'y a pas tellement de conflits entre les deux et leur rapprochement se fait un peu trop vite à mon goût - surtout dans le cas d'Abel. J'aurais souhaité voir plus de complexité. La fille qui aime les embrouilles, c'est moi!

Ce premier tome ne contient aucune romance, même si quelques passages laissent présager la formation du couple par la suite. Pour ma part, j'aimerais que la relation reste amicale... Question de feeling je suppose, mais je trouve que ça ferait un peu too much! Sinon, il y a des moments où les deux héros m'ont faire rire! 

J'ai eu un petit problème avec l'univers dépeint. Claudia Gray a instauré de bonnes bases mais elle se contente de nous raconter les choses plutôt que de nous les montrer. Et moi, j'ai besoin de visualiser les scènes, les paysages. Du coup, je suis un peu frustrée sur ce point! Les actions sont brèves et ne permettent pas de découvrir ce qu'il se trame derrière ces planètes, notamment par rapport à la politique des dirigeants (mais qui est donc à la tête des gouvernements?), l'histoire, le mode de vie... Je voulais plus que ce que l'auteure m'a offert.

De même, l'auteure ne nous donne pas assez d'explications scientifiques pour appuyer son récit. Je ne demande pas une liste de données scientifiques, mais j'ai le sentiment que Claudia Gray a laissé de côté ces explications pour faciliter son histoire. On ne sait pas comment il est possible pour un robot d'être recouvert de chair et de sang comme les humains (on a eu vite fait une explication sur le cerveau), ni pourquoi Abel est le robot le plus évolué alors qu'il n'est qu'un prototype, ni pourquoi il n'y en a pas d'autres comme lui. J'ai l'impression que l'auteure a voulu rendre Abel humain le plus possible pour forger une romance avec Noemi... Au final, je pense que ça enlève toute l'originalité d'avoir un mech comme personnage principal!

A côté de ça, j'ai trouvé l'intrigue prévisible et des plus ordinaires. Les révélations étaient largement pressenties, tout comme les faits et gestes des personnages. J'aurais voulu plus d'action, de batailles interplanétaires, et plus de guerres entre robots et humains. Ce roman avait beaucoup de potentiel, je reste sur ma faim!

Bref, Defy the Stars a su m'intéresser mais ne restera malheureusement pas dans les mémoires...

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Defy the Stars

Le Défi des étoiles

 

Partager cet article

Commenter cet article

Ahrell 21/05/2017 20:21

De ce que tu dis dans ta critique, ce roman a plus l'air d'une ébauche qu'autre chose non ? Je pense que de toute façon il ne m'aurait pas spécialement intéressée, mais là encore moins :p Enfin au moins tu sais ce que ça vaut maintenant :) Et puis ça ne doit pas être une lecture trop compliquée non plus, des fois c'est bien aussi ^^

Jennifer 21/05/2017 21:50

Non, non, c'est un premier tome normal - un peu trop même :P
Hmmmm, j'aime bien lire des livres sans prise de tête, mais pour un sci-fi, la simplicité ça ne va pas trop!
Je voulais de la baston, de la castagne interplanétaire :D

Laurie 21/05/2017 15:11

Ce livre n'a pas vraiment un univers qui m'emballe. Quitte à découvrir correctement la SF je préfère que ce soit avec un bon livre :-)

Jennifer 25/05/2017 17:01

Je pense que les éditeurs auraient pu au moins le publier sur Kindle, après tout un livre numérique ne coûte pas aussi cher qu'un livre papier. Ca aurait permis aux lecteurs d'avoir la fin qu'ils attendaient... C'est l'une des frustrations qui m'ont fait passer le cap de la VO ;)

Laurie 25/05/2017 14:01

En effet c'est dommage car j'ai un très mauvais niveau en anglais. Je ne pourrais pas lire la suite et cela serait très frustrant je pense. Mais il sera peut être traduit un jour, on ne sait jamais ;-)

Jennifer 21/05/2017 19:00

Le livre n'est pas mauvais mais il ne se démarque pas assez des autres livres de science-fiction. Tout est du déjà-vu ce qui rend les rebondissements prévisibles et trop simplistes x)

Je préfère nettement la série de Beth Revis "Au-delà des étoiles" que je t'aurais bien conseillée, mais le troisième tome n'a jamais été traduit, et c'est bien dommage! ;)