Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA-TENTATION-DU-LIVRE

Strange the Dreamer de Laini Taylor

 

 

Strange the Dreamer est le premier tome de la duologie du même nom.

Alors qu'il n'avait que cinq ans, Lazlo a commencé à développer une obsession pour Weep - une cité mystérieuse qui a longtemps disparu des mémoires. Malgré sa fascination, il n'a jamais eu le courage de partir à la recherche de cette cité, il a donc lu et regroupé toutes les informations qu'il a pu trouver sur Weep dans l'espoir de résoudre l'énigme entourant cette civilisation. Mais un jour, une opportunité saisissante se présente à lui: un homme que l'on appelle Godslayer et son escorte de guerriers légendaires débarquent à Zosma en quête d'intellectuels et d'ingénieurs pour résoudre un problème de taille auquel est confronté Weep. Une fois sur place, c'est autant de mystères et de questions qui se forment dans l'esprit de Lazlo. Mais que s'est-il donc passé il y a 200 ans pour que Weep se soit coupé du monde aussi brusquement?

J'ai mis neuf jours pour lire Strange the Dreamer! C'est vrai que le livre est assez épais et que ça n'a pas aidé, mais c'est surtout que j'avais sans cesse des choses à faire qui me freinaient dans ma lecture... Mais hallelujah, j'en suis venue à bout! Résultat?

Outch! Je me suis prise une grande claque par ce premier tome riche, complexe et savoureux! Laini Taylor m'a impressionnée par son imagination et sa mise en application. Avec la passion et le désir de découverte qui animent Lazlo, j'avais l'impression d'assister à une chasse aux trésors. L'auteure a créé un personnage très impliqué, humble et si ordinaire à la fois que je me suis attachée à lui! Laini Taylor nous livre ici un roman majestueux - oui, majestueux! 

Tous les cinquante ans, Weep fait l'expérience du mahalath - un brouillard qui s'abat pendant trois jours et trois nuits sur la Cité. Certains habitants fuient, d'autres restent. Mais ceux qui prennent le risque d'entrer en contact avec ce brouillard peuvent devenir des dieux - ou des monstres. Six de ces dieux - appelés Mesarthim - se sont mis à exploiter les mortels et à se montrer cruels et violents. Il y a quinze ans, lors du Carnage, les humains sont entrés en guerre contre ces dieux, et ces derniers ont perdu. Mais avant de mourir, les Mesarthim ont plongé Weep dans l'obscurité. 

Quinze ans auparavant, c'est aussi le moment où le nom originel de la Cité a disparu des esprits. Ainsi, l'appellation Weep a été donnée. Paradoxalement, Weep est le seul terme qui peut être employé par les habitants que la Cité elle-même permet, comme s'il s'agissait d'une punition pour rappeler à la population que le territoire est marqué par le sang et les larmes. 

Pour tout le monde, Weep n'est qu'une légende inventée dans le but d'émerveiller les enfants, mais pour Lazlo Strange c'est bien plus que ça. Celui-ci a toujours voué une fascination pour l'Unseen City. Orphelin, il a grandi parmi les moines qui lui ont inculqué la discipline et la pratique de la religion. Mais le protagoniste a toujours été curieux, et lorsqu'il pénètre la Grande Bibliothèque de Zosma pour la première fois, il ne la quittera plus. A Zosma, Lazlo - surnommé alors Strange the dreamer - passe ses journées à collecter des informations sur Weep grâce aux livres qu'il lit. Et aussi à foncer dans les murs tellement il est pris dans sa lecture!

A Weep, Lazlo fait partie des premiers faranji (étrangers) à pénétrer la citadelle. Jusqu'alors, la population interdisait la venue d'étrangers, ceux qui traversaient le territoire sans autorisation n'en revenaient jamais - et pour cause, l'endroit est peuplé de threaves (des monstres des sables). Avec notre héros, on en apprend plus sur la culture de Weep, les créatures qui habitent la Cité mais aussi sur les drames qui se sont produits. 

Comme je le disais plus haut, je me suis prise d'affection pour Lazlo. Il n'a rien à voir avec les personnages habituels que j'ai pu rencontrer dans mes lectures précédentes. Bien au contraire, Lazlo est d'une immense gentillesse, toujours prêt à aider son prochain et à faire plaisir aux autres sans jamais rien attendre en retour. Il ne s'est jamais considéré comme un élément primordial dans les changements à réaliser dans la société, mais il a un désir profond de contribuer (même de la plus minime des manières qui soit). Pour autant, le protagoniste n'a rien de naïf. Lazlo est un exemple de tolérance, d'humanité, de sensibilité, d'humilité et de passion! En plus, c'est un grand amoureux des livres, comment ne pas aimer? 

On the second Sabbat of Twelfthmoon, in the city of Weep, a girl fell from the sky. Her skin was blue, her blood was red.

Je m'attendais à ce que l'histoire soit racontée uniquement du point de vue de Lazlo, mais l'auteure nous introduit un autre personnage principal - Sarai. Elle et sa famille ont la peau bleue! Je n'en dirai pas davantage pour vous laisser découvrir comment les chemins de celle-ci et de Lazlo vont se croiser, mais sachez que j'ai trouvé ça absolument magnifique. A l'exception de certains points techniques, le livre m'a fait penser à Avatar!

D'ailleurs, Laini Taylor nous donne plusieurs points de vue différents mais de façon irrégulière. De manière ponctuelle, des narrations brèves viennent enrichir l'histoire. Parfois, c'est assez particulier parce que les points de vue sont mélangés, mais pour autant on ne se perd pas dans le récit! Et que dire des talents de conteuse que possède l'auteure? 

On va de mystère en mystère, de question en question, de découverte en découverte... Weep est plein de secrets, mais Lazlo aussi! Après tout, notre héros est un orphelin dont on ne sait strictement rien. 

Strange the Dreamer est un premier tome qui excelle à mélanger merveilles et tragédies, gains et pertes, beauté et infamie, dieux et mortels, monstres et créatures de rêve. L'auteure a réussi à me faire comprendre l'histoire de chacun grâce aux multiples points de vue et découvertes. Je n'ai pas pu porter de jugement parce que j'avais tous les éléments nécessaires sur le passé des protagonistes, et chaque argument avait sa légitimité. Hormis les dieux, chaque acte entrepris ne peut être qualifié de bon ou mauvais, ça complique tout mais c'est tellement réaliste! La barrière entre les gentils et les méchants est floue: même les personnes ayant la meilleure des intentions peuvent commettre des actes horribles. Et j'ai aimé la manière avec laquelle Laini Taylor restait neutre avec ses personnages, je n'avais pas le sentiment de voir une guerre entre bons et méchants, mais entre deux civilisations qui ne se comprennent plus. Lazlo et Sarai sont les représentations de l'espoir et du renouveau. 

Sachez toutefois que le bouquin n'est pas rempli d'action, il est même assez lent à se mettre en place - mais tout est tellement complexe... Personnellement, je ne suis pas gênée par les histoires lentes surtout quand elles sont de cette qualité!

La fin était juste épatante, les personnages ont tellement grandi en si peu de temps. Je suis bouche-bée. Laini Taylor a fait un travail remarquable sur ses personnages et son univers. Pour moi, c'est un grand oui! 

Il y a juste deux points qui m'ont empêchée de donner la note maximale: la romance que j'ai trouvé assez rapide et qui ne m'avait pas enchantée plus que ça (mais ça, c'était avant de découvrir la fin), et la densité du récit. Il y a beaucoup d'informations données, et cela prend du temps à les assimiler.

Juste comme ça, la couverture est une parfaite mise en abîme!

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Strange the Dreamer

 

Partager cet article

Commenter cet article

Victoria 21/06/2017 11:32

Ce roman me fait super envie, j'avoue avoir vu passer quelques bons échos dessus ;)

Jennifer 21/06/2017 13:24

Aaaah! Ben franchement, c'est un très beau livre, même s'il est assez épais, cela pourrait t'intéresser :D
Je sais pas ce que j'ai, mais cette année je me régale avec de la mythologie! ;)

Laurie 03/05/2017 21:39

Ce livre a l'air pas mal du tout ;-)

Jennifer 04/05/2017 17:51

Il est super! :D

Ahrell 01/05/2017 11:13

Il faut vraiment que j'achète ce livre D: il me tente vraiment, mais j'ai déjà pas le temps de lire tout ce qui traîne sur ma PAL ... en tout cas le début de ta critique (oui j'ai pas tout lu juste le tout début de ton avis :p) me donne encore plus envie de me le procurer !

Jennifer 01/05/2017 14:26

Ahhhh, en plus il est assez long à lire! Tu risques de mettre des plombes, mais ça vaut le coup! ;)

T'as pas honte? XD
Haha, non plus sérieusement, tu fais le bon choix, mieux vaut tout découvrir par soi-même (je me suis lancée dedans sans avoir lu une seule revue aussi) :D

Soline 30/04/2017 20:13

JE. VEUX. CE. LIVRE.

Jennifer 01/05/2017 14:23

J'espère que ton anniversaire est dans pas longtemps alors, sinon ça va être dur d'attendre :D